Table d'Hotes


Table d’hôtes :

L’art de la table est avant tout l’art « de rassembler des convives pour les garder coude-à-coude une heure d’horloge et vouloir qu’ils en soient contents » Mylène ajouterait : « C’est aussi l’art d’inviter à découvrir des saveurs mêlées autour d’une belle table. Laisser vous déconcerter ou plutôt surprendre par les saveurs d’une cuisine gourmande, en résonance avec l’esprit du lieu ; authentique et généreuse. En revisitant des produits du terroir tout en puisant dans la tradition gastronomique française, Mylène, cheffe du chalet Colinn, se fera un plaisir d’émoustiller vos papilles autour d’un simple potage : carotte/cumin ou potimarron /foie gras par exemple, voire de revisiter une spécialité de notre belle Savoie comme les diots et la polenta.

Après un apéritif servi devant le feu en hiver ou sur la terrasse en été, la cheffe du Chalet Colinn vous invite à rejoindre sa table gourmande. Le repas est un moment de convivialité et d’échanges qui se partage autour d’une table unique

La Table d’hôtes est un menu unique, différent tous les soirs** et qui se compose d’une entrée, d’un plat, fromage et dessert.

**En hiver, seul 6 repas sur 7 sont pris au chalet : dès votre arrivée, pensez à réserver un restaurant pour la soirée du jeudi « Découvrir l’ambiance Station ».

En été, les repas n’étant pas inclus, veuillez réserver et vous renseigner au moins la veille, pour connaitre les possibilités de partager notre table d’hôtes. Eté comme hiver, les dîners sont pris à 20H (8pm) et l’apéritif commence à 19h30 (7.30 pm). Dans tous les cas nous vous demandons de bien avoir l’amabilité de nous signaler, lors de la réservation, si vous suivez un régime alimentaire.

La cave de Colinn

Harmoniser vins et mets tout en respectant vos gouts personnels, est notre seule ambition.

Pour nos Hôtes français, nous fait une sélection parmi nos vins de Savoie –connus aujourd’hui internationalement, depuis que Robert Parker en a fait l’éloge ces dernières décennies dans son guide des vins !- Un terroir riche en géologie, expositions et de ses cépages indigènes ! Les vignerons les subliment par leur savoir-faire : Mondeuse noire et blanche, persan, douce noire, étraire de la Dhuy, jacquère, roussette, gringet, malvoisie. Depuis quelques années, le Bio fait son apparition. Certains de nos vignerons proposent des « Cuvées spéciales » et renouent avec la tradition qui était jadis d’assembler les cépages pour équilibrer le vin en fonction des années. Une palette qui étonnera vos papilles et émoustillera votre palais.

Pour nos Hôtes étrangers, comme les vins en France (tout comme les fromages !) sont partie intégrante de notre culture, à côté de nos vins de montagne, nous avons choisi quelques échantillons de nos prestigieuses régions viticoles françaises comme le Bordelais, la Bourgogne, et les Côtes du Rhône. De temps à autre, nous faisons aussi une petite excursion sur l’ancien territoire du duché savoyard (Piémont, Valais, Val d’Aoste).

Si vous désirez en connaitre davantage, nous pouvons également organiser une soirée œnologique autour des vins de Savoie. Notre ami, Bernard Vissoud, œnologue en est le magicien www.alpes-flaveurs.com

La Vin de Colinn

À consommer surtout sans modération !

Si Colinn m’était conté… Colinn avait un âne « Bibi » et descendait du Franchet avec son âne pour aller se ravitailler au village de Tignes qui était alors au fond du barrage. Ce jour-là, pas un frisson dans les mélèzes, le soleil montait sur l’horizon « Il faut y aller… » pensa-t-il, en accrochant l’outre de vin qu’il venait d’acheter sur le bât de l’âne. Il s’arrêterait souvent en traversant les villages (dans nos montagnes, on appelle un hameau, village) il le savait… « Hé ! Colinn… » L’âne s’immobilisa…La discussion filait bon train, un facétieux du village en profita pour soutirer le vin de l’outre, le remplaçant par de l’eau et tranquillement proposa un verre. Ceux-ci trinquèrent comme il convient ! Avec le propre vin de Colinn… Bien plus tard ou était-ce le lendemain ? Quand Colinn et son âne rentrèrent au Franchet, quelle ne fut pas sa surprise de découvrir qu’en route, son vin s’était changé en eau !

Notre recommandation : Du « vin de Colinn », remplissez des bouteilles et vos gourdes au bec du bachal : « C’est la meilleure eau du canton ! »